Salle de bain : comment réaliser un système électrique conforme aux normes ?

Installation électrique salle de bain

Publié le : 08 janvier 20216 mins de lecture

De toutes les pièces de la maison, la salle de bain est probablement la plus à risque. C’est pourquoi il faut faire particulièrement attention à l’installation électrique dans la salle de bain en veillant à ce qu’elle respecte les normes réglementaires afin d’éviter tout type d’accident domestique. En outre, vous devez toujours garder à l’esprit qu’il y a un danger dans l’installation de ce système et que vous devez être particulièrement prudent lorsque vous utilisez des appareils électriques dans la salle de bains.

Comment organiser une installation électrique dans la salle de bain ?

Dans la salle de bains, le risque lié à la sécurité du domicile et des personnes croît de manière exponentielle en raison de la présence de tuyaux et de sources d’eau, du risque de jets et d’éclaboussures, de l’accumulation de vapeur d’eau à haute température et de l’utilisation simultanée d’appareils électriques à haute tension (sèche-cheveux, lisseurs, chauffe-eau, rasoirs, etc.). D’un point de vue pratique, il existe quelques règles de base pour respecter la norme électrique pour la salle de bain.

La première règle à suivre est de n’utiliser qu’un seul appareil pour chaque prise. Il est bien connu que l’utilisation de blocs multiprises, reliant plusieurs appareils électriques à une même prise, augmente de manière exponentielle le risque de surcharge et de court-circuit. En conséquence, une prise surchargée peut surchauffer et risquer de provoquer un incendie, une perte de puissance et des dommages au système. Quelle que soit la manière dont vous utilisez l’électricité dans la salle de bains, vous devez toujours être prudent. N’allumez jamais un appareil électrique lorsque vous êtes mouillé. Vous devez d’abord vous sécher les mains et les pieds et veiller à n’allumer les appareils électriques que lorsque vous portez des chaussures ou des pantoufles, ou en tout cas éviter le contact direct avec les sols et les murs.

La règle de base pour la disposition des prises électriques dans la salle de bains est qu’elles doivent être placées à une distance minimale du sol, de la baignoire et de la douche. Cette distance est fixée à 110 centimètres du sol, tant pour les salles de bains que pour les cuisines. En plus des prises, il est également important d’établir à l’avance la disposition des interrupteurs, des points lumineux et des zones où des équipements électriques sont disponibles. Cette opération doit être effectuée avec l’aide d’un technicien d’installation spécialisé, qui est en mesure de délivrer une déclaration de conformité du système à la fin des travaux. Outre les questions réglementaires de base, seul un personnel qualifié est en mesure d’évaluer les caractéristiques et les méthodes d’installation électrique ainsi que de satisfaire à toutes les exigences correspondantes.

Dans le même thème : Installation électrique : à quoi sert le schéma de câblage ?

La répartition des zones dans la salle de bain

La salle de bain nécessite des systèmes de protection supplémentaires. Le risque électrique augmente à mesure que la résistance du corps humain diminue. Cela dit, de bonnes normes pour l’installation des prises de courants dans la salle de bain nécessitent l’identification de quatre zones différentes dans ces pièces. Ces dispositions et recommandations portent essentiellement sur trois aspects : la sécurité, le confort et la praticabilité.

– Zone 0 : fait référence au volume interne de la baignoire et du bac à douche ;

– Zone 1 : le périmètre de cette zone est limité à la surface verticale autour de la baignoire ou du bac à douche, et s’étend jusqu’à 2,25 mètres de hauteur ;

– Zone 2 : il s’agit de la zone comprise entre la zone 1 et une surface verticale parallèle située à 0,6 mètre, pour une hauteur de 2,25 mètres ;

– Zone 3 : il s’agit de la zone insérée entre la zone 2 et une surface verticale parallèle à la surface limite externe de la zone 2, à une distance de 2,4 mètres de hauteur jusqu’à 2,25 mètres.

Cette subdivision donne lieu à une série d’obligations et d’interdictions. Dans la zone 0, par exemple, aucun conduit électrique visible ne peut être installé. En revanche, dans les zones 1 et 2, il est possible d’installer certains équipements et circuits électriques à l’intérieur des murs à une profondeur d’au moins 5 cm, mais il existe certaines limitations.

Les trois zones, 0, 1 et 2, ne sont pas compatibles pour l’installation de boîtes de jonction, dont la présence augmenterait de manière exponentielle le risque électrique. En revanche, en ce qui concerne la disposition des éléments de protection, d’isolation et de contrôle, la norme interdit l’installation de tout type de dispositif dans la zone 0. Les disjoncteurs SELV – Safety Extra Low Voltage – (ne dépassant pas 12 volts) peuvent être installés à partir de la zone 1, mais la source SELV doit se trouver en dehors des zones 0, 1, 2.

Prises électriques : hauteur et distance des points d’eau

La norme d’électricité pour salle de bain indique que la zone 2 est la première zone où il est possible de placer des prises de courant, à condition qu’elles soient alimentées par des transformateurs de basse tension isolés de classe II, insérés directement dans les mêmes prises de courant. Ce sont les prises classiques qui peuvent être placées près du miroir, à une distance appropriée du lavabo, pour alimenter de petits appareils électroniques tels que les rasoirs ou les épilateurs féminins. C’est dans la zone 3 que nous aurons la plus grande liberté pour installer des prises de courant dans la salle de bains. On peut y installer des prises de courant et d’autres dispositifs, mais ils doivent être protégés par une séparation électrique individuelle, une alimentation électrique SELV et d’autres formes de protection supplémentaire.

Plan du site